Fédération de l'Isère

Fédération de l'Isère
Accueil
 
 
 
 

Communiqué de presse: Lutte contre la pandémie de covid-19 -

L’histoire d’un pays comme la France est celle de la République, celle du peuple souverain.
Nous considérons donc que la poursuite de la vie démocratique – qu’il s’agisse de la
démocratie politique ou de la démocratie sociale – est une condition indispensable pour
surmonter cette pandémie et encourager le rassemblement de toutes et tous, pour avancer
ensemble. Pour nous, la démocratie et la coopération doivent être la ligne de conduite pour
l’adhésion du peuple non seulement aux mesures prises, mais aussi au comportement à
adopter, en particulier le confinement.
Or, à contrario de cette démocratie et transparence nécessaire, partout dans le monde, les pays
touchés par la pandémie de Covid-19 testent des technologies qui permettent de tracer les
personnes infectées tout comme celles qui sont en bonne santé.
Lundi soir, le président Macron a annoncé le lancement du suivi par GPS des personnes
infectées au Covid-19. Traçage numérique, algorithmes, création d’applications de
recensement des personnes infectées, la lutte contre le Covid-19 peut-elle légitimer toute
atteinte aux libertés ? Alors qu’a été instauré pour deux mois un état d’urgence sanitaire qui
confère au Premier ministre des pouvoirs exorbitants hors du droit commun, visant
essentiellement à restreindre les libertés publiques, n’y-a-t-il pas là la nécessité d’une saisine
en urgence de la CNIL et du Défenseur des droits ?
Dans le même temps, la Préfecture de police de Paris ou encore la ville de Nice ont déployé
des dispositifs de surveillance aérien sur leur territoire et le ministère de la défense a passé
une commande de 651 drones pour la somme de 3,8 millions d’euros !
Surveillé·e·s mais toujours pas masqué·e·s….
En parallèle à ce cadre juridique d’exception, nous appelons à une vigilance accrue face à la
création d’un régime d’exception qui par nature, bouscule les règles et les valeurs
fondamentales de notre République. Nous mettons aujourd’hui en garde contre le
développement de ce genre de technologies qui fragilisent les piliers de notre État de droit.
Parce que le rassemblement de la nation ne se décrète pas et se construit dans la transparence
et la confiance, nous demandons la création d’un comité national de suivi de l’état
d’urgence sanitaire, qui rassemblerait le Gouvernement, le comité scientifique, les
représentant·e·s du Parlement et les associations d’élu·e·s locaux ainsi que les
représentant·e·s du monde du travail. Il serait associé aux décisions que doit prendre le pays
dans une situation comme celle-ci. Ensemble, nous serions plus forts pour faire entendre les
mesures qui s’imposent dans le respect de la démocratie et des libertés individuelles.
 
Fait à Grenoble, le 18 avril 2020
Jérémie GIONO,
Secrétaire départemental
20, rue Emile Gueymard – B.P. 1503 – 38025 Grenoble Cedex 1
Tél. 04.76.87.70.61

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.