Fédération de l'Isère

Fédération de l'Isère
Accueil
 

Précarité partout, égalité nulle part !

Le contre Budget des parlementaires communistes

Retrouvez la page Facebook de notre Sénateur Guillaume Gontard

le 09 novembre 2017

    Informations nationales

     
     
     

    Piscines municipales : revenons à la Raison !

    Déclaration du Conseil Départemental 03/07/2019

    Préoccupés par l'envergure que prend le débat sur le "Burkini" dans les piscines municipales depuis
    ces dernières semaines, nous souhaitons réaffirmer nos valeurs humanistes, émancipatrices et
    universalistes.
    Nous condamnons fermement les multiples dérapages racistes et les amalgames inacceptables
    qui en découlent, et rappelons que le racisme est un délit et non une opinion. Des messages
    entretenant une grande confusion sont diffusés sur les réseaux sociaux mais aussi dans certains
    médias locaux, rendant toute parole publique inaudible et attisant la haine de tous contre tous.
    Encore une fois, la logique du « buzz » pousse à des affrontements en grande partie fantasmés,
    contribuant à diviser encore plus la société et à évacuer toutes les autres questions.
    La question des maillots de bain autorisés ou non dans les piscines n'est pas une question de laïcité,
    puisqu'il s'agit d'usager·e·s et non d'agents du Service public. Il s'agit d'une question d'hygiène et
    de sécurité, et elle doit donc être traité comme telle, sereinement et avec les professionnels
    concernés. En la matière, l’Etat doit prendre ses responsabilités et définir une règle commune,
    sous peine de voir les inégalités se multiplier entre les territoires.
    Nous condamnons donc les instrumentalisations et provocations de tous ordres, ainsi que les
    multiples violations du règlement qui ont eu lieu ces derniers jours, entraînant la fermeture de
    plusieurs établissements. À ce titre, nous manifestons notre soutien plein et entier aux
    personnels municipaux qui sont contraints d'exercer leur droit de retrait dans de telles conditions.
    Nous réaffirmons notre opposition à toutes les velléités de quelques-un·e·s de parler au nom de
    tou·te·s, d'où qu'ils soient : le combat pour l'émancipation des femmes ne peut être l'otage
    d'instrumentalisations religieuses ou politiciennes.
    C'est cette vision qui guide et guidera l'action des communistes, aujourd'hui comme demain.
    Au-delà, cet énième épisode médiatique démontre qu'il devient impératif de resituer la laïcité dans
    le paysage public, de la défendre dans son sens originelle, en rejetant toutes les formes de
    dévoiements ou d’affaiblissements d'où qu'elles viennent.
    En tant que formation de gauche fondamentalement laïque et républicaine, le Parti
    Communiste impulsera une initiative publique d'envergure à l'automne, pour contribuer à
    reconstruire des repères clairs, indissociables de la défense du Service public.
    Cet été comme l'an dernier, les militant·e·s communistes seront donc devant les piscines
    municipales... pour défendre ces équipements, contre les velléités de privatisations et de
    démantèlement portées par la Cour des Comptes et les libéraux.
    Car comme l'illustre le triste exemple Vizillois*, sans service public, mécaniquement la question de
    l'accès ne se posera plus, la bataille pour la défense des piscines publiques est donc essentielle !
    Au lieu de concentrer les feux médiatiques sur des débats nauséabonds, posons-nous la question
    de la légitimité des exigences de "rentabilité financière" qui s'opposent à l'intérêt général –
    qui prétend évaluer la rentabilité d'un enfant qui apprend à nager ? –.
    Les communistes vous donnent rendez-vous cet été, pour qu'ensemble nous défendions nos biens
    communs indissociables de notre idéal d'émancipation !
    (*la piscine municipale de Vizille, ouverte en 1936, ferma en 2014 suite à des choix budgétaires
    motivés par la baisse des dotations de l'Etat)

    Il y a actuellement 0 réactions

    Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.