Fédération de l'Isère

Fédération de l'Isère
Accueil
 
 
 
 

Je voterai "Pour un manifeste du Parti communiste du XXIème siècle" - par Pierre-Jean Crespeau - Section du Grésivaudan

Je voterai « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIème siècle » qui pour moi est un
texte solide de discussion pour ce congrès. Je me réjouis que la volonté d’unir les communistes n’a
pas été qu’un simple vœux pieux, mais a été une force dans le processus d’élaboration de cette
proposition de base commune, et cette force, nous pouvons la décupler en adoptant ce texte.
La bataille dans l'entreprise ! Abandonnée pendant la sombre période de la mutation, la bataille
dans l’entreprise, lieu de pouvoir économique détenu par le patronat, doit enfin retrouver un support
politique. L’entreprise est «un lieu où se forge un vécu d’expérience et des mentalités sur lesquelles
peuvent s’imposer les idées dominantes comme se construire une conscience de classe »
, notre rôle
est de construire cette conscience de classe et de créer les conditions d’une réappropriation
collective des lieux de pouvoir. Notre place dans l’entreprise est donc essentielle et à l’issue du
congrès nous devrons rouvrir ce front.
Un parti féministe ! Le combat féministe qui a trouvé un écho mondial sans précédent ces derniers
mois, ouvre des perspectives de lutte contre le patriarcat sans précédent. Nous devons aussi, et avant
tout, tenir l’exigence de mener le combat féministe au sein de notre organisation.
Pour une autre construction européenne finissons-en avec le financement des marchés financiers
et des multinationales par la BCE ! Reprenons en main la création monétaire pour les services
publics, l’emploi et la protection sociale, construisons une vraie coopération entre les états contre
l’impérialisme et la militarisation à outrance.
L'écologie au coeur de notre combat ! Je refuse que nous tombions dans l'écologie populiste, sorte
de rejet de la modernité jouant sur certaines peurs, entre opposition dogmatique à tout projet
d'envergure et positions antinucléaires obsessionnelles. L’augmentation des énergies renouvelables
dans le mix énergétique est un impératif écologique qui conduit à diminuer la consommation
d’énergie fossile, mais dans le même temps, fait augmenter la quantité extraite des terres rares
nécessaires par exemple dans les panneaux photovoltaïques. Ces processus d’extraction sont
polluants et de nouvelles questions se posent. Dire que le consumérisme est coupable du gaspillage
des ressources de la Terre c’est accuser les travailleuses et travailleurs qui consomment ces biens,
alors que les responsables de ce gâchis sont les industriels qui cherchent à tout prix à augmenter
leur taux de profit. C’est le capitalisme qui est entièrement responsable de la crise écologique que
nous vivons !
Notre parti face à une nouvelle phase historique. La crise financière mondiale de 2008 a ouvert
une phase historique favorable au développement de nouvelles formes de revendications sociale,
mais pas toujours révolutionnaires : En Espagne les populistes de Podemos issu du mouvement
contre l’austérité Movimiento 15-M , en Belgique le PTB, parti marxiste s’est appuyé entre autre
sur des revendications concrètes de progrès social et sur le militantisme de terrain, en France plus
tard les « nuits debout » ont servis de terreaux au développement de la France Insoumise elle aussi
populiste. Avec le Front de gauche, le PCF a choisit de s’allier avec Jean-Luc Mélenchon et le PG
afin de créer une dynamique la plus large possible pour les élections de 2012, ce qui a certes abouti
à un bon résultat. Mais le parti n’a pas su profiter de ce contexte, et a laissé l’initiative politique à
Jean-Luc Mélenchon et une place démesurée au PG lors des élections post-2012 sous prétexte de «
rassemblement ». Va-t-on encore laisser la social-démocratie prendre l’initiative politique et utiliser,
user nos forces militantes de plus en plus lassées ? Nous devons être présent avec nos candidats à
toutes les élections, car nous sommes les plus à-même de porter nos idées et propositions. Nos
futures alliances ne doivent plus avoir pour rôle de masquer nos faiblesses et notre manque
d’ambition, mais être construites sur la base d’un programme clair et d’une stratégie maîtrisée.
En conclusion ce congrès n’a pas pour but de légitimer ou d’accuser la direction sortante, ou de
remettre un certain nombre d’interrogations à plus tard sous prétexte d’unité de façade, le rôle de ce
congrès est de chercher par un bilan critique les causes de nos difficultés afin de les surmonter et de
renforcer le Parti communiste. Acceptons la critique et construisons ensemble le Parti communiste
du XXIème siècle.
Pierre-Jean Crespeau, section du Grésivaudan, fédération de l’Isère

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.