Fédération de l'Isère

Fédération de l'Isère
Accueil
 
 
 
 

Contribution de Daniel Oriol, secrétaire de section pays roussillonnais

 

Notre congrès se veut extraordinaire. C’est ce que nous voulons tous.

Remise à plat des enjeux de la situation politique, bilan critique de la réévaluation de nos choix et de leurs mises en pratique.

Il ne s’agit pas de faire table rase sur ce qui a été fait.

Le texte de base voté et proposé va dans ce sens.

La présentation de ce texte rédigé par thèse facilite l’accès, les paragraphes « en débat » permettent de l’enrichir.

Chaque communiste compte pour un, chaque communiste réfléchit, chaque communiste apporte.

On peut donc penser différemment. Il faut un brassage des idées le plus large possible, une émulation intellectuelle la plus dynamique possible.

Pourquoi alors des textes alternatifs rédigés avant même l’adoption de la base commune en CN ? Nos statuts le permettent, mais la liste des 300 noms signataires de ces textes fige le débat. Cela constitue des groupes hostiles entre eux qui se battent pour un leadership.

La mise en place de »textes alternatifs » dans la préparation du congrès favorise la logique de tendances

-Pourquoi organiser à la fête de l’Huma dans un stand d’une fédération le regroupement de certains ? Pour se compter ? Pour descendre en flamme les camarades ne pensant pas de même ?

-Pourquoi accuser la direction nationale (c’est principalement le secrétaire national qui est visé) de tous les maux ?

La direction nationale, c’est le conseil national et non Pierre Laurent.

Cette attitude de critiquer le secrétaire national n’est-elle pas pour certains vouloir « être calife à la place du calife »?

Serions-nous arrivés à cela ? Ne plus discuter, ne plus débattre entre nous ? Etre membre d’une écurie qui soutient tel.le ou tel.le leader ?

La présidentialisation, maladie de la 5eme république, aurait réussi à atteindre certains communistes ?

Un peu de fraternité camarade !

Certaines idées comme le salaire à vie, la propriété de l’outil de travail me paraissent intéressantes et peuvent s’inscrire dans le texte de base commune.

C’est une proposition concrète qui rend populaire la maîtrise de l’économie par les travailleurs et par eux seuls.

Ne restons pas sur la défensive. Arrêtons de vouloir améliorer le système existant, remplaçons-le !

Cette proposition peut nous permettre de redevenir attractifs.

J’espère que le congrès se tiendra dans une ambiance gaie, studieuse, passionnée mais que la fraternité, le respect de chacun animera chaque participant.

 

Oriol Daniel

Secrétaire de section pays roussillonnais Isère

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.