Fédération de l'Isère

Fédération de l'Isère
Accueil
 
 
 
 

La démocratie et le choix assumé de la forme parti - par Alain Pernet - Section de Grenoble

Le parti communiste veut faire le pari que la forme parti, même à l’aune des pratiques nouvelles de la société    d’aujourd’hui a toute légitimité pour faire vivre de nouveaux espaces démocratiques, pour questionner, transformer les pouvoirs, les partager et ouvrir les chantiers de l’émancipation.
Comment dans un parti comme le PCF avec des pratiques héritées de son histoire qui marquent encore son    fonctionnement faire face à ce défi ?
Une chose est  d’affirmer des choix, telle la centralité de la démocratie, encore faut il se donner les moyens à tous les niveaux de notre organisation pour que cette affirmation ne soit pas réduite à un slogan bousculé par la centralité du faire, assortie de vitrines de débats déployées à l’extérieur.  Le parti d’action prenant le pas sur le travails démocratique nous différencie-t-il de mouvements priorisant le collectif à la démocratie ?
Le capitalisme qui s’est promotionné comme le chantre d’une « certaine idée » de la liberté et de la démocratie pour des    générations entières aujourd’hui les brade : la dictature de la finance et du marché prend systématiquement le chemin de l’autoritarisme. Ce type de société peut-il être contesté efficacement par des constructions nouvelles avec des mouvements disparates où se côtoient transversalité, remise en cause des règles issues du « vieux monde », et parfois populisme et culte des chefs ?

Le choix de l’organisation parti ne nous préserve pas de ces questions. L’exigence démocratique est bien au cœur des enjeux. La persistance de fonctionnements où cohabitent à la fois pratiques anciennes et leur transgression, peut peut-être faire illusion et déclencher des réflexes de groupe discipliné, mais pas nous projeter dans un PCF du XXIème siècle. L’attachement au parti communiste de parfois des générations de militants et de dirigeants ne suffit pas à faire prévaloir l’égalité et le respect de règles démocratiques, quand des enjeux de pouvoir induisent confusion dans l’esprit des messages au risque d’amener même des jeunes    militants à reproduire des schémas faussés. L’efficacité a besoin de se nourrir de l’échange, du débat, pas de la
reproduction de système de hiérarchisation et d’exclusion héritée du culte du secret et autres formes d’entre soi. L’apparence devant être préservée, des discours et initiatives cohabitent avec des méthodes de direction issues des pratiques managériales (distillation de l’information ou d’une partie des informations selon les besoins, facilitant la mise en place ou à l’écart des uns ou des autres). Un débat sur une  pose problème ? C’est cette méthode qui est employée : l’isolement puis la mise à l’écart de ces camarades, la déformation de  leur parole, discréditée ou passée sous silence, au détriment du débat.

Le pouvoir au Service du capitalisme a bien identifié le danger du potentiel démocratique, d’où son entrain à inoculer obstacles et perversités dans les institutions et la société, ainsi que parmi ses adversaires ; affronter ces réalités suppose exigence et transparence pour désintoxiquer nos structures. Il est illusoire de construire des stratégies dites de rassemblement qui obéissent à des visées de potentat local au détriment d’une réflexion plus large et partagée qui serait plus efficace. Tout comme il est vain et dangereux de limiter les tentations libérales de construction de 3ème voie, en les consignant sur des étiquetages anciens et d’en exonérer des nouvelles formations politiques ou rassemblements, alors même que localement privatisations et coupes austéritaires sont allègrement assumées par des alliés pressentis. L’union, même sous des formes nouvelles demeure un combat. L’enferment dans le déni, que j’observe (*) accompagné du « on passe à autre chose » si il est en mesure de satisfaire des camarades, devrait plutôt nous interroger sur les réelles capacités démocratiques du PCF tant que la nature de notre fonctionnement sera perméable à ce point à l’idéologie dominante.
Alain PERNET (section de GRENOBLE Isère)