Fédération de l'Isère

Fédération de l'Isère
Accueil
 
 
 
 

Voeux de la fédération de l'Isère du PCF

 

DISCOURS DE PRÉSENTATION DES VŒUX

POUR L’ANNÉE 2018

Annie DAVID,

Secrétaire départementale de la Fédération du P.C.F. de l'Isère

 

Mesdames et Messieurs les élu.e.s, Mesdames et Messieurs,

Cher.ère.s Amis, Cher.ère.s Camarades,

 

Je vous remercie d’avoir répondu si nombreuses et nombreux à notre invitation. C'est le signe de votre attachement à notre parti, au parti communiste français, c'est aussi le signe d'une solidarité partagée qu'ensemble, nous voulons renforcer et faire progresser !

Remercier les personnalités présentes

Excuser les personnalités absentes : Sylvette Rochas, Gilles Vial, Christophe Ferrari

En ce début d'année 2018, je vous présente mes meilleurs vœux ainsi que ceux de la direction départementale du Parti communiste. Je vous souhaite, à vous et vos proches, une excellente année : santé, joie, bonheur, bien sûr mais aussi succès dans nos combats communs et respectifs pour un monde plus juste, un monde de fraternité et de paix, je vous souhaite une année à la hauteur de vos rêves, car ce sont nos rêves qui nous font avancer !

J'ai une pensée pour celles et ceux qui nous ont quitté cette année, nous aurons au printemps, un moment particulier en leur honneur ; je pense aussi à celles et ceux qui n'ont pas pu se joindre à nous pour raison de santé et je leur souhaite pour 2018 de belles victoires !

* * *

Les vœux de nouvelle année permettent d’opérer un retour utile sur les événements et de juger les évolutions en cours. Ce coup d’œil dans le rétroviseur est indispensable pour mieux ajuster les ripostes et tracer les perspectives qui s'offrent à nous.

L’année 2017 aura été celle de nouvelles ruptures, dans la longue métamorphose d’un monde globalisé qui poursuit sa transformation, sous les coups d’un capitalisme financier mondialisé et agressif. De crise en crise, ce capitalisme remodèle chacune des sociétés qui tombent sous son emprise, tout en protégeant les puissants qui trouvent refuge dans des paradis… fiscaux.

 

Le rapport sur les inégalités mondiales, publié en décembre, confirme l'envolée spectaculaire et continue des écarts de richesses au profit de 1 % de la population mondiale.

Les 10 plus grandes fortunes de France détiennent 240 milliards d'euros de fortune.

Les 100 premières fortunes de France, 439 milliards d'euros. C'est-à-dire qu'en France, 100 personnes détiennent autant d'argent à un instant T, que ce qu'1 million de smicards gagneront durant toute leur vie.

Et c'est la même chose dans le monde entier.

Le 1 % des plus hauts revenus capte à lui seul 27 % de la croissance mondiale, et soit dit au passage, des études montrent que ce 1 % concentre les plus gros pollueurs de la planète.

Pendant ce temps, la moitié de la population de la planète capte à peine 12 % de la croissance mondiale.

 

Au Moyen Orient, les guerres n'en finissent pas. Ces guerres que fuient chaque jour des centaines de femmes, d'hommes et d'enfants au péril de leur vie et qui, du fait de la misère qui grandit, du pillage des ressources et des modifications climatiques, vont être en nombre de plus en plus important. Aucun rideau de barbelé, aucune loi de répression et de tri ne pourra tarir cette vague migratoire et ces drames indescriptibles. Seule la paix, associée à la solidarité et la fraternité, pourra leur permettre de vivre dans leur pays.

 

Aux États-Unis, première puissance mondiale, Donald Trump avec ses déclarations fracassantes jette encore un peu plus d'huile sur le feu. Après la sortie des accords de Paris, la sortie de l'Unesco, le droit international bafoué avec la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël, il menace à tour de bras et pourrait conduire à des conflits capables de déclencher une catastrophe nucléaire.

En Palestine, la situation se dégrade chaque jour. Le gouvernement d'Israël s'enferme dans une logique de droit divin où les Palestiniennes et les Palestiniens, privé·e·s de leurs terres et de leur État depuis un siècle sont de plus en plus menacé·e·s.

J'ai une pensée particulière pour Marwan Barghouti, député du Fatah emprisonné depuis plus de quinze ans, pour Salah Hamouri, notre compatriote franco-palestinien victime d’une nouvelle détention administrative arbitraire et emprisonné depuis près de 5 mois, pour la jeune Ahed Tamimi arrêtée fin décembre pour avoir giflé des militaires qui venaient de tirer sur son cousin de 14 ans. Et par delà ces 3 personnalités, je pense bien sûr à l'ensemble des prisonnières et prisonniers politiques, adultes ou enfants, j'apporte toute ma solidarité et celle des communistes du département aux artisans d'une paix juste et durable dans ce pays. Oui, il est grand temps que souffle un vent de liberté pour la Palestine, avec la création d'un État palestinien !

 

Quant à la Turquie d’Erdogan elle est dans une situation de chaos. L'opposition est réduite au silence par une répression qui sévit depuis l'instauration de l'état d'urgence en 2016, les principales et principaux dirigeant·e·s et député·e·s du Parti démocratique des peuples (HDP) sont incarcéré·e·s, tandis que des purges gigantesques frappent ses militant·e·s, tout comme elles frappent les militant·e·s ouvriers, les syndicalistes, particulièrement celles et ceux de la centrale Disk. La politique est devenue un champ de vengeance dans lequel des milices islamo-fascistes jouissent de l'impunité pour tuer et lyncher les femmes et les hommes qui osent encore protester…

 

Les bruits de bottes raisonnent de la Turquie jusqu'à la Maison Blanche en passant par le Proche et Moyen Orient, l'Ukraine et la Corée du Nord. Ces tensions multiformes et imbriquées entre elles pourraient bien faire jaillir l'incident fatal qui embraserait le monde.

 

Tous ces phénomènes sont étroitement liés les uns aux autres et dessinent le visage angoissant d’un monde qui fonce vers des impasses.

Je vous le disais déjà l'an dernier, tous ces drames humains et environnementaux ont une cause, ils sont le résultat d’affrontements mondiaux au cœur desquels le système capitaliste continue à exploiter les ressources de la planète et à piller les peuples.

 

Pourtant, les progrès considérables de la technique et de la science, le niveau d’éducation qui s’enrichit d’une circulation inédite de la connaissance à l’échelle du globe, permise notamment par les réseaux numériques, devraient bénéficier à l'Humanité toute entière, au lieu de cela, seuls les tenants de ce capitalisme agressif en profitent, empêchant leur juste propagation.

***

En France, 2017 aura principalement vu l'élection d'Emmanuel Macron, grâce à la présence au second tour d'une extrême droite gonflée juste ce qu'il fallait pour le permettre. Son accession au pouvoir répond en tout point à la volonté des puissances de l'argent qui rêvent d'accorder la France et son modèle social au diapason du capitaliste mondialisée : elle répond ainsi à leur désir de révolution copernicienne, pour un changement radical du système actuel et un changement en profondeur de notre société. Il en est ainsi de la destruction du droit du travail au bénéfice du droit des actionnaires, du droit à la protection sociale au bénéfice des assurances privées, du droit à l'alimentation au bénéfice de l'agro-alimentaire, du droit de la libre administration des communes au bénéfice d'un État pacsé avec des institutions européennes centralisées.

Tout ceci s'accompagne entre autres de l'abaissement du salaire minimum au bénéfice de la rente financière, foncière et immobilière, d'une contre révolution fiscale pour la grande joie de la bourgeoisie, d'un État d'urgence permanent au détriment des libertés publiques. Et, en ce début d'année, la pleine application des ordonnances Macron avec l'entrée en vigueur des ruptures conventionnelles collectives laisse entrevoir ce que sera à l'avenir le droit du travail !

 

Sous une fausse opposition entre le « nouveau monde » et l'« ancien monde », la majorité parlementaire acquise au Président méprise les contre-pouvoirs, les oppositions parlementaires et les corps intermédiaires pour mieux soumettre celles et ceux qui n'en peuvent plus de l'ultra libéralisme qui enchaîne les salarié·e·s et les privé·e·s d'emploi à la loi du profit.

Emmanuel Macron est désormais convaincu qu'il a les marges de manœuvres pour reformer le pays à sa guise et que le mouvement perpétuel est le meilleur moyen de répondre aux attentes des Françaises et des Français tout en paralysant les oppositions. Mais malgré un débat d'idée cloisonné et empêché, ils ne rencontrent pas l'assentiment d'une majorité de citoyen·ne·s ; par delà la soumission à la loi du profit, le sentiment que ce monde n'est pas à visage humain, qu'il peut conduire la planète et les êtres humains qui l'habitent dans l’abîme, grandit partout dans la population. Or ce sentiment, angoissant, amène parfois la colère, l’égoïsme, endurci le chacun pour soi ou l'individualisme déjà érigé en règle de vie par le libéralisme, il peut aussi encourager les réflexes de repli, nationalistes et cocardiers, qui ont toujours été le poison mortel de la gauche.

 

Je prétends pour ma part, et je voudrais vous faire partager cette vision, que ce sentiment angoissant amène en effet la colère, mais que cette colère doit nous faire rentrer en résistance contre cette « révolution copernicienne » voulu par les puissants de ce monde ! Oui, la colère doit nous conduire vers la solidarité, la fraternité, la construction d'un monde plus juste et respectueux des êtres humains et de notre planète.

Un monde de partage du progrès et des richesses.

Un monde qui redonne le temps de vivre et la dignité aux plus démuni·e·s.

Un monde qui considère notre environnement et réinvente les solidarités internationales.

 

Et 2017, malgré la litanie des mesures régressives que je viens rapidement de rappeler, aura eu sa part de luttes, de résistances, de solidarités concrètes ; en Isère, la solidarité avec les migrant.e.s, c'est le patio solidaire sur l'université, merci à celles et ceux qui ont apporté des dons, nous irons à leur rencontre au cours de la semaine prochaine ; c'est encore la lutte des GE Hydro, celle des collectifs de maintien de la poste, celle pour le maintien de la CPAM de Vizille et plus largement de nos services publics, c’est encore la lutte des salariés de Trédi à Salaise sur Sanne et celle des VFD. En Isère en 2017, c’est aussi l’élection de notre sénateur, Guillaume Gontard, résultat d’une volonté commune de garder dans notre département un élu national à l’écoute de celles et ceux que l’on n'entend jamais et pour lui permettre de porter une voix différente au sénat. Encore bravo pour ton élection et bravo pour les premiers mois de ton mandat, qui sont à la hauteur des espoirs que beaucoup avait mis en toi.

2017 pour notre FD aura aussi connu des actions de solidarité, notamment avec la vente en fin d'année des fameuses madeleine Jeannette, entreprise aujourd'hui en SCOP après la lutte de ses salarié·e·s ! Je tiens à le signaler car c'est bien de parler de solidarité, c'est mieux quand on le traduit par des actes !

Au niveau national, Cédric Herrou, avec l'association d'aide aux migrant·e·s Roya Citoyenne, a sans conteste ouvert le chemin de cette solidarité qui s'exprime de plus en plus fort, en Isère c'est donc le patio mais je pense aussi à ces guides de montagne qui sont allés au secours des migrants dans nos massifs, c'est le collectif APL pour lutter contre les mesures Macron en matière de logement, c'est la bataille du rail et de l'industrie avec les Alsthom, c’est encore la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, en fin d'année et qui a pris une ampleur inédite, du fait du mouvement mondial de libération de la parole des femmes contre les agressions sexuelles.

Malheureusement, l'actualité nous rappelle presque chaque jour à quel point ce combat est nécessaire, le drame de Seyssinet ces derniers jours en témoigne la cruelle réalité.

***

C'est donc bien sous le signe des luttes et de l’espoir que je veux placer l'année 2018, sous le signe aussi de la reconstruction d'une force politique à gauche pour faire émerger une voix populaire unitaire, capable de créer un rassemblement victorieux pour un nouveau choix de société

 

C'est bien pour cela que nous avons décidé de nous engager dans une campagne de riposte à la casse sociale du gouvernement et d'engager le pays dans une nouvelle phase de progrès social. Nous voulons mettre toute notre force politique à disposition du plus grand nombre d'actrices et d'acteurs en luttes, d'élu-e-s, de responsables syndic·ales·aux, de collectifs associatifs, de citoyen·ne·s engagé·e·s dans des actions ou initiatives locales pour faire front ensemble et porter des solutions communes. C'est tout le sens des états généraux du progrès social que nous avons initié ; ils se déclineront dans tous les départements et en Isère, notre Fédération a décidé d'organiser divers chantiers.

 

Le premier se tiendra le mardi 30 janvier ici-même et aura pour thème l'industrie, avec la participation de divers acteurs et actrices du monde de l'industrie, du secteur coopératif, du bâtiment, ainsi que des économistes et bien sûr, des militantes et militants communistes. Nos élu·e·s seront également présent·e·s, non pas pour porter la bonne parole, mais pour écouter !

 

Le second chantier aura lieu le mercredi 21 février salle Tavel à Fontaine et portera sur l'utilisation de l'argent, auquel participeront notamment Fabien Roussel, député du Nord, Sylvette Rochas et Guillaume Gontard.

 

Ensuite, les 26 et 27 février, nous accueillerons les parlementaires de nos groupe dans le cadre de leur tour de France des hôpitaux ; rien n'est encore finalisé mais la date a été fixée, nos parlementaires viendront donc fin février pour rencontrer les personnels en souffrance de nos hôpitaux et nous aurons également un temps public.

 

Le dernier de ces chantiers aura lieu courant mars et aura pour thème le logement en présence de bailleurs sociaux, d'associations de locataires et d'élu·e·s, il se fera en lien avec notre ADECR, association départementale des élu·e·s communistes et républicains.

 

Ces soirées ouvertes à toutes et tous, devraient nous permettre de construire cette alternative indispensable à la politique de Macron au plus prés des réalités et remettre l'humain au centre des décisions politiques. Nous aurons également un temps fort pour un lancement « en grand » de ces états généraux le 3 février en région parisienne, qui se fera dans plusieurs départements d'Ile de France sur chacun des thèmes de ces états généraux. Je souhaite qu'un nombre important d'Iséroise et Isérois se rendent à ces travaux et je lance les invitations !

 

Mais 2018 sera aussi l'occasion de commémorations historiques.

Tout d'abord, le centenaire de l'armistice de 1918 qui a mis fin à la Première Guerre mondiale. Cette guerre fut le premier désastre humain et social du XXe siècle, 10 millions de morts, 20 millions de blessés, une jeunesse fauchée, des familles entières décimées, victimes d'une guerre injuste et inhumaine, comme toutes les guerres mais pour laquelle jamais autant la logique de guerre aura pris le pas sur la recherche de la Paix.

Le parti communiste qui est né de la dénonciation de cette guerre a toujours mené un combat pour le désarmement, pour la démilitarisation des relations internationales, pour la paix.

Nous nous réjouissons d'ailleurs de l'attribution il y a quelques mois du prix Nobel de la paix à Ican, ONG qui avait poussé à l’adoption en juillet d’un traité historique d’interdiction de l’arme atomique et dont le Mouvement de la Paix est membre, pour la campagne pour l'abolition des armes nucléaires qu’elle a menée avec force. Une récompense considérable mais hautement méritée pour toutes celles et tous ceux qui luttent pour un monde de paix et de liberté, où la solidarité entre les peuples et les nations est centrale, un monde délivré de ces armes de destruction massive.

 

Une deuxième date importante cette année : le cinquantenaire de Mai 68, grande grève générale et profond mouvement social qui secoua la France. Ce printemps de libertés et de conquêtes sociales a constitué, dans les mentalités et dans la culture, le grand tournant d’une évolution qui a continué, par la suite, de produire des effets positifs, progressistes, émancipateurs. Si le mouvement n’a pas abouti à une transformation de la société dans le sens où beaucoup l’auraient souhaité, il a laissé subsister une flamme qui ne s’est jamais éteinte.

 

Et particulièrement en Isère, nous célébrerons également cette année les 50 ans des jeux olympiques d'hiver de Grenoble. Ces jeux Olympiques qui ont modifié considérablement l'image de la ville, ont constitué un formidable tremplin pour les communes voisines et la mise en valeur de nos massifs montagneux ; nos camarades avaient alors approuvé ces jeux tout en dénonçant les mesures fiscales qui se sont abattues sur le grenoblois. Un regret toutefois, que la proposition des députés communistes de l'époque, Louis Maisonnat et Roger Coste, de création d'une école nationale des sports de glace n'ai pas été suivie d'effet…

2018 sera aussi, pour notre fédération, la continuité des travaux de rafraîchissement et de réaménagement de nos locaux que nous avons entrepris il y a déjà plusieurs mois, je vous en parlais aux vœux de l'an dernier ! Tout cela n'aurait pas pu être réalisé sans l'aide des militantes et militants que je tiens à remercier chaleureusement. Mais tout n'est pas terminé et je lance donc un appel aux volontaires qui pourront, les 7 et 8 février, apporter de nouveau leur aide précieuse pour une nouvelle séquence de réaménagements.

Et bien sûr, nous continuerons dans nos actes de solidarité, avec les ex Fralib aujourd'hui Scop-ti, en étant point de vent de leurs excellents produits, les 1336 et les Scop-ti !

 

Afin de mener tous nos combats politiques et répondre aux défis qui sont devant nous, nous avons besoin de moyens financiers qui soient à la hauteur de nos exigences. Les élections législatives de juin dernier ont fait engager à notre Fédération d'importantes dépenses qui ne seront malheureusement remboursées que très partiellement. Aussi, nous lançons aujourd'hui une grande souscription départementale et je vous remercie par avance pour vos dons aussi modestes soient-ils et qui contribueront efficacement à l'expression et la prise d'initiatives de notre Parti. Un autre chantier nous attend aussi, il sera un peu plus interne à notre parti, c'est la tenue de notre congrès exceptionnel qui se tiendra courant novembre ; il nécessitera un engagement de chaque communiste, je suis sûre de pouvoir compter celui de chacune et chacun en Isère !

 

Pour conclure je citerai un proverbe arabe : Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi. Alors ensemble, en nous appuyant sur le passé, façonnons le présent pour qu’il devienne ce que nous espérons, un monde de paix, de justice et de fraternité, basé sur une juste répartition des richesses !

Je souhaite que 2018 voit se réaliser nos espérances !

Je vous invite maintenant à partager le verre de l’amitié et de la fraternité.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.